Recherche...

L’habitat participatif pour se loger autrement

Retour à la liste des articles

Besançon

Besançon

  • Bodin Nicolas
  • Maire adjoint délégué à l'Urbanisme et l'aménégement urbain, grands travaux
Social / 20 novembre 2015 / ID Magazine #22

L’habitat participatif pour se loger autrement

​Les projets d’habitat participatif fleurissent un peu partout. La Ville de Besançon souhaite favoriser cette démarche et propose trois terrains à la vente destinés à cette nouvelle tendance de logements.

L’habitat participatif pour se loger autrement

​Une nouvelle forme d’habitat

A Besançon, la collectivité souhaite impulser un projet d’habitat participatif. « Notre objectif est de proposer une nouvelle possibilité d’habitat sur Besançon », explique Nicolas Bodin, maire adjoint délégué à l’Urbanisme et l’aménagement urbain. Diversifier les offres de logements dans la ville : une volonté de tous les instants, « face à des familles qui ont tendance à partir à 20 ou 30 km de Besançon pour se loger », constate l’élu.

Mais ce nouveau type d’habitat n’est pas seulement réservé aux jeunes couples ou aux familles. « Il faut dans ces projets une diversité de population ». Retraités, célibataires, familles avec enfants, couples… Chacun peut trouver son bonheur.

Mais l’habitat participatif, c’est quoi exactement ? « Il s’agit d’une démarche permettant à des groupes d'habitants de concevoir, créer et gérer leur habitat collectivement », résume Laurence Fabre, chef de projet Aménagement urbain à la Ville de Besançon. Cette démarche permet aux habitants de créer un site correspondant à leurs besoins, et « favorisant la mise en communs de certains services ou espaces ».

Le projet de Besançon

Depuis 2011, la Ville de Besançon est engagée dans un réseau national de collectivités encourageant l’habitat participatif. Dans ce cadre, elle propose à la vente des terrains pour ce genre de projets. « Nous avons identifié trois terrains avec des cadres différents », note Nicolas Bodin. « L’un se situe en zone ANRU1, le deuxième dans un quartier résidentiel et le troisième dans un quartier avec beaucoup d’espaces verts ». Ces terrains sont mis en vente dans le cadre d’un appel à projet ouvert au grand public.

Chaque site possède donc sa spécificité :

∙ Au nord de la Ville : le site du chemin des Montarmots, avec la possibilité de construire de 4 à 8 logements

∙ Au nord-est : site de la rue Amédée Thierry, pour 4 à 8 logements également

∙ Au Sud-Ouest : site de la rue Albrecht Dürer, pour 20 à 25 logements

Le processus

Une première réunion pour présenter le projet a été organisée au mois de juillet. « Une soixantaine de personnes y ont participé ». A l’issue de cette réunion et jusque début octobre, les personnes intéressées avaient la possibilité de déposer une pré-candidature. « Pour l’instant, nous manquons de candidats », constate Nicolas Bodin. Un deuxième appel à candidature est donc envisagé.

Parmi les candidats qui auront déposé un dossier, il faudra donc faire un choix. Différents critères de sélection ont d’ores et déjà été retenus. « Le plus important dans ce genre de projets est d’avoir des équipes cohérentes. Nous évaluerons la solidité des projets proposés et la solidarité de l’équipe ».

La collectivité vendra ensuite les terrains aux porteurs du projet d’habitat participatif. « Dans cette démarche, la Ville joue un rôle de facilitateur et nous pouvons apporter si besoin un accompagnement et une aide technique », conclut le maire adjoint.

Pierre-Laurent Pizy



1 Zone ANRU : zone d'aménagement et de rénovation urbaine. Ce dispositif permet aux acquéreurs de bénéficier d’un taux de TVA réduit sur le prix d’acquisition.


Retour à la liste des articles