Recherche...

Les rues de la Ville en version 3D

Retour à la liste des articles

Pôle infrastructures de la ville d'Alès

Technologie / 20 novembre 2015 / ID Magazine #22

Les rues de la Ville en version 3D

A Alès, ERDF a mené une expérimentation visant à numériser, en 3D, l’ensemble des rues de la Ville. Ces données serviront à localiser précisément les réseaux d’électricité, mais deviendront également une base d’informations précieuses pour les services de la collectivité. Explications.

Les rues de la Ville en version 3D

Pourquoi réaliser une cartographie géoréférencée ?

A Alès comme dans les autres communes de France, le sous-sol fourmille de réseaux : électricité, eau, assainissement, fibre… Des réseaux qu’il est primordial de bien localiser, notamment lors des chantiers. En effet, la réglementation prévoit que tous les exploitants de réseaux doivent communiquer au responsable du chantier la position précise de leurs ouvrages afin d’éviter tout accident.

« Et cette réglementation a récemment évolué », explique Philippe Viala, directeur d’ERDF Gard. « Nous devons dorénavant fournir des données géoréférencées ». Pour répondre à cette disposition, ERDF doit donc revoir ces plans de détail. « Auparavant, nous repérions le passage de nos câbles souterrains par rapport à la position de l’angle d’un immeuble, ou du pignon d’une maison ».

Maintenant, la cartographie des réseaux doit être reportée sur un fond de plan géoréférencé, sur lequel chaque point a une position satellite précise.


Quel procédé a été utilisé ?

Pour mener à bien cette mission, ERDF expérimente, en collaboration avec la Ville d’Alès, une prise de mesures réalisée via un système « mobile mapping ». Une machine posée sur le toit d’une voiture ou porté à dos d’homme dans les rues inaccessibles aux véhicules, « permet de relever plusieurs milliers de points par seconde », annonce Philippe Viala. Ce « nuage de points » permet ainsi de créer un fond de plan numérique 3D et géoréférencé.

Pour parvenir à une telle précision, l’engin utilisé est un bijou de technologie. Il est notamment composé :

∙ D’un capteur GPS pour avoir une position absolue

∙ Une centrale inertielle pour enregistrer l’ensemble des mouvements du véhicule pendant la phase de roulage

∙ Un laser qui enregistre un nuage de points

∙ Des caméras qui vont permettre l’enregistrement de photos

Comment s’est déroulée l’opération ?

Durant 5 semaines, cet été, le véhicule a parcouru l’ensemble des rues de la Ville d’Alès dont les réseaux électriques sont sous-terrain. « Cela représente environ 80% du territoire », précise Thierry Brajon, du Pôle infrastructures de la Ville d’Alès.

Les données récoltées offrent une multitude d’informations sur l’environnement de la rue, et le positionnement précis des bâtiments. « Mais ce système relève également la position des panneaux de signalisation, des candélabres, des bancs, des regards de chaussée, etc. ». Les façades de la Ville ou encore les espaces verts et les arbres seront facilement localisables.

Quels sont les avantages pour la collectivité ?

L’ensemble de ces informations ne sont pas utiles pour ERDF, « mais nous pensions que ce fond de plan pouvait intéresser la collectivité », note Philippe Viala. D’où l’idée de proposer à la Ville pilote d’Alès le partage de ces données. Ce partenariat a été formalisé par la signature d'une convention entre Max Roustan, maire d'Alès et le Directeur d'ERDF.

« Ce nouvel outil nous permettra d’avoir des relevés plus précis pour nos projets », confirme Thierry Brajon. « Lorsque nous créons un giratoire par exemple, nous sommes tenus de faire des relevés. Cette base de données nous permettra de gagner du temps sur cette phase ».

De même, l’utilité est de mise pour la collectivité, « car nous sommes également exploitant de réseaux pour l’eau, l’éclairage ou encore la fibre, et donc soumis à la réglementation sur le géoréférencement de ces réseaux. ».

Ce nouvel outil « représentera une véritable révolution dans nos méthodes de travail », constate Thierry Brajon. « Il y aura forcément un temps d’adaptation, mais les perspectives d’exploitations sont alléchantes ».

Pour le moment, les données récoltées n’ont pas été exploitées, mais une fois les résultats consolidés, l’expérimentation - unique en Languedoc-Roussillon – sera étendue à l’ensemble du territoire.

Les chiffres :

80 % du territoire de la Ville d’Alès numérisé en 3D

5 semaines ont été nécessaires pour quadriller l’ensemble des rues concernées 


Pierre-Laurent Pizy.


Retour à la liste des articles