Recherche...

Saint-Etienne – ​L’huile de friture éclaire le stade

Retour à la liste des articles

Communauté de communes de Saint-Etienne Métropole

Environnement / 20 novembre 2015 / ID Magazine #22

Saint-Etienne – ​L’huile de friture éclaire le stade

Le Stade des Verts n’a jamais aussi bien porté son nom…Saint-Etienne métropole a en effet annoncé que le stade Geoffroy-Guichard sera bientôt éclairer grâce à… de l’huile de friture ! Ce procédé original devrait être opérationnel pour l’Euro 2016, au mois de juin.

Saint-Etienne – ​L’huile de friture éclaire le stade

Le fonctionnement actuel

« Le chaudron ». Le stade Geoffroy-Guichard est une institution pour tous les fans de football. Véritable « temple » du ballon rond, l’enceinte mythique de Saint-Etienne a connu bien des évolutions depuis sa construction au tout début des années 30.

Dernière innovation en date, l’annonce de l’utilisation d’huile de friture pour alimenter l’éclairage du stade. A ce jour, c’est un groupe électrogène fonctionnant au fioul qui produit l’énergie nécessaire pour éclairer la pelouse. Un système adapté aux spécificités du stade, qui a besoin d’une importante puissance électrique pendant un laps de temps assez court.

« La consommation de fioul s’élève à 1 000 litres par match, ce qui représente 20 000 litres par an », explique Lionel Jouve, chargé de mission Plan climat énergie à la Ville et agglo de Saint-Etienne.

Le projet

Le projet annoncé début octobre consiste « à remplacer par du biodiesel la plus grande partie possible du fioul utilisé en ce moment ». Et ce biodiesel sera issu de l’huile de friture. Les premiers tests devraient avoir lieu au premier trimestre 2016. « Notre objectif est d’être prêts pour l’Euro 2016, au mois de juin », glisse Lionel Jouve.

L’utilisation de ce biodiesel ne nécessitera pas le remplacement du groupe électrogène qui alimente actuellement l’éclairage du stade. « Les essais que nous mènerons nous permettront de définir le pourcentage de biodiesel que nous pouvons injecter dans le groupe électrogène sans nuire à son fonctionnement », précise le chargé de mission.

Pour porter ce projet, Saint-Etienne métropole travaille main dans la main avec l’association Ondaine agro, « qui emploie 14 salariés en insertion ».

Cette association prendra en charge la récolte de l’huile de friture et la transformation de celle-ci en biodiesel. Ce procédé nécessite notamment l’achat d’une machine. « Saint-Etienne métropole accompagnera l’association, techniquement et financièrement », précise Lionel Jouve.

Le processus

∙ La récolte de l’huile de friture. La première étape du processus consiste en effet à récolter les huiles usagées. La récupération se fera dans un premier temps auprès de la restauration collective du secteur. Elle se développera ensuite auprès des particuliers, à travers les dépôts en déchetteries fixes et mobiles.

∙ La transformation : une fois l’huile récoltée, celle-ci est transformées en biodiesel par un procédé appelé la transestérification : les huiles sont mélangées à froid à un alcool, en présence d’un catalyseur, pour en faire du biodiesel.

Le déploiement

L’utilisation de l’huile de friture pour éclairer le stade stéphanois ne devrait être qu’une première étape. La machine qui sera achetée par l’association devrait permettre de produire 100 000 litres de biodiesel par an. « Notre objectif est de pouvoir proposer un apport de biodiesel aux communes de la métropole qui ont des bâtiments avec une chaudière au fioul ».

Les enjeux

L’enjeu écologique du projet est indéniable. Utiliser de l’huile de friture dans les chaudières et groupes électrogènes permet de baisser d’autant la consommation de fioul. L’huile usagée étant récoltée sur le territoire, « nous privilégions des circuits courts et une économie circulaire bon pour l’environnement, et créatrice d’emplois locaux ».

A travers cette opération, « nous souhaitons aussi sensibiliser le grand public à la récupération des huiles de friture, qui terminent encore trop souvent dans le réseau d’assainissement ».

Les bienfaits économiques sont quant à eux plus fluctuants. « Cela dépend en effet du coût du pétrole. Le cours étant particulièrement bas aujourd’hui, le biodiesel que nous produirons n’est pas compétitif. Mais quand les prix du pétrole remonteront, ça deviendra intéressant », conclut Lionel Jouve.

Pour éclairer le stade, les Stéphanois vont utiliser du biodiesel issu de l’huile de friture usagée.

Crédit photo : Saint-Etienne Métropole-Charlotte Pierrot

Les chiffres :

1 000 litres de fioul consommés par match

170 000 € : le coût de la machine pour transformer l’huile de friture en biodiesel

0,7 à 1 € TTC le litre de biodiesel réalisé à partir de l’huile de friture

1400 KVA : la puissance du groupe électrogène utilisé au stade Geoffroy-Guichard

Le stade se refait une beauté

Le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne accueillera au mois de juin des rencontres de l’Euro 2016. Dans ce cadre, le « chaudron » se refait une beauté ! La centrale photovoltaïque déjà existante sera conservée. Elle sera complétée par un système de récupération d'eau de pluie pour l'arrosage de la pelouse. L’isolation sera renforcée et des pompes à chaleur réversibles seront installées.

Le stade se veut également exemplaire pour l’accueil des personnes à mobilité réduite, avec :

∙ 126 places réservées aux personnes à mobilité réduite et autant de places accompagnants dans toutes les tribunes,

∙ 20 places équipées de prises VDI pour les malvoyants et 20 places dédiées aux malentendants,

∙ Des ascenseurs dans chaque tribune.

Pierre-Laurent Pizy 


Retour à la liste des articles