Recherche...

Les objets ont dorénavant « leur » ADN

Retour à la liste des articles
Technologie / 20 novembre 2015 / ID Magazine #22

Les objets ont dorénavant « leur » ADN

​A l’image des hommes qui possèdent chacun un ADN unique, la Ville de La Madeleine propose à ses habitants un « traceur chimique » pour marquer leurs objets de valeur. Le produit permet ainsi d’apposer une empreinte invisible et indélébile sur ces objets, afin de les protéger des vols ou de retrouver aisément le propriétaire de l’objet dérobé.

Les objets ont dorénavant « leur » ADN

​Lutter contre les vols

« La Madeleine est une ville plutôt tranquille, mais le rôle d’un élu est d’être dans l’anticipation ».C’est dans cet esprit que le maire Sébastien Leprêtre et le conseil municipal de La Madeleine ont décidé de déployer une nouvelle arme contre les cambriolages et les vols : le traceur chimique.

Cette nouvelle technologie offre la possibilité de marquer les objets avec un produit invisible, permettant d’identifier le propriétaire de l’objet en question.

« Ce dispositif, qui présente un fort effet dissuasif, entre dans un cadre plus large de sécurité publique », note le maire, avec d’autres outils mis en place sur la commune, comme la vidéo-surveillance, la présence d’une police municipale, un conseil des droits et devoirs des familles, etc.

Un kit complet

Ce traceur chimique est proposé sous forme de kit. Celui-ci comprend un petit flacon contenant 10 ml de produit, un pinceau pour l’appliquer sur les objets et des autocollants pour dissuader les voleurs. « Le système est assez simple », constate Sébastien Leprêtre. « Il suffit d’appliquer un peu de produit sur l’objet de valeur que vous souhaitez protéger ». Le produit est totalement invisible à l’œil nu et n’apparaît qu’à la lueur d’une lampe UV. « Une fiole permet de marquer une trentaine d’objets environ », précise le maire.

Ce traceur chimique possède une composition unique, à l’image d’un ADN, directement rattaché au propriétaire de l’objet. Ainsi, si un objet volé est retrouvé, son propriétaire est facilement identifié. Les données relatives au propriétaire sont stockées dans une base particulièrement protégée.

Pour qui ?

Pour le déploiement de ce nouveau dispositif, la collectivité a identifié 3 cibles :

∙ Les habitants : la Ville a donc acheté 200 kits directement destinés aux habitants. « Nous avons décidé de vendre ce kit de marquage aux Madelinois à prix coûtant, soit 25 € ». Cela leur permettra de « marquer leurs objets de valeur, qu’elle soit pécuniaires ou sentimentales ». Les kits sont remis dans les locaux de la police municipale, lors de créneaux horaires prédéfinis. « C’est l’occasion pour les policiers municipaux de mener une pédagogie sur le marquage des objets ».

∙ Le matériel municipal : La ville a également fait l’acquisition d’une trentaine de kits pour marquer le matériel municipal, « notamment auprès des services techniques et des écoles ». Ordinateurs, outillage, rétroprojecteurs sont ainsi protégés par ce système.

∙ Les commerçants : cibles potentielles des cambriolages et vols à main armée, les commerçants ne sont pas oubliés dans ce dispositif, bien au contraire. « Depuis un an, la Ville les accompagne dans la sécurisation de leurs commerces, à travers une aide financière pour l’installation d’une alarme ou de caméras. Nous avons élargi ce dispositif au marquage chimique ». Les commerçants peuvent donc se procurer des kits de marquage, mais ont également la possibilité de se tourner vers un autre dispositif : la vaporisation de produits. Placé au niveau des entrées du local, le système par vaporisation asperge l’intrus avec un liquide qui résiste sur la peau durant plusieurs semaines, et reliant donc directement l’individu au lieu visité.

Les résultats

En une quinzaine de jours, un quart des 200 kits achetés par la collectivité ont déjà trouvé preneur. « Cette initiative répond donc à une demande des habitants. » Avec cette nouvelle arme, le maire espère faire baisser le nombre de cambriolages sur la commune. « Nous sommes en moyenne à 70 cambriolages par an. Notre objectif est de passer à 50 ».

Des démarches similaires menées dans d’autres collectivités ont fait leurs preuves. « A Aubagne, le système a bien fonctionné. Les cambriolages ont baissé de manière importante ».

A ce jour, « aucune parade n’a été trouvé contre ce marqueur chimique », ajoute le maire, qui voit en cette technologie un outil de dissuasion de plus pour lutter contre les vols.

Les chiffres :

Le budget :

∙ 200 kits à 25 € : 5 000 € (coût équilibré par la vente aux habitants)

∙ 30 kits pour les services municipaux : 750 €

∙ 4 lampes UV pour détecter les traces : 1 800 € (450 € pièce)

∙ Coût de la location de la base de données : 550 € par an

200 kits achetés par la Ville pour les habitants

30 kits pour le matériel municipal

Le kit comprend :

∙ 1 flacon contenant 10 ml de produit, pour marquer 30 objets

∙ 18 pictogrammes autocollants

∙ 4 autocollants portes et fenêtres

25 € : le prix du kit de marquage

Pierre-Laurent Pizy. 


Retour à la liste des articles