Recherche...

Les livres remplacent le téléphone

Retour à la liste des articles

Saint-Martin-Longueau (60)

Social / 20 novembre 2015 / ID Magazine #22

Les livres remplacent le téléphone

​Un peu partout en France, dans les grandes villes comme dans les petits villages, les systèmes de « boîtes à livres » se multiplient. Le principe ? Faire circuler gratuitement et le plus librement possible des ouvrages entre les habitants. Exemple à Saint-Martin-Longueau (Oise), qui a choisi de réhabiliter une cabine téléphonique pour mener à bien cette initiative.

Les livres remplacent le téléphone

A Saint-Martin-Longueau, dans l’Oise, une cabine téléphonique a récemment fait son apparition dans la commune, à proximité de la médiathèque. Un retour inattendu alors que ces cabines ont plutôt tendance à être désertées et à disparaitre des paysages…

Surprise ! En poussant la porte de cette cabine, ce n’est pas un téléphone, mais des étagères remplies de livres que l’on découvre. Il s’agit en fait de la nouvelle « cabinalivres » de la commune.

A l’instar de nombreuses autres communes, Saint-Martin-Longueau a, depuis le mois d’avril, son lieu dédié à la lecture. Le fonctionnement de ce nouveau service proposé aux habitants et particulièrement simple. « Les gens déposent librement leurs livres. Ils peuvent également se servir parmi les ouvrages présents », explique Lucie Lafite, responsable de la médiathèque de Saint-Martin, à l’origine de cette initiative. « Les lecteurs peuvent ensuite garder le livre ou le remettre dans le cabine ».

Ouverte 7jours/7 et 24h/24, l’accès à la cabine se fait sans aucune inscription et le service est entièrement gratuit. « L’objectif est d’avoir le moins de contraintes possibles ».

« J’ai aimé cette idée de recyclage »

Si ce principe fleurit aux quatre coins de la France, la réhabilitation d’une cabine téléphonique pour y déposer ces livres est quant à elle plus rare. « Lorsqu’il a fallu trouver le « contenant » pour cette initiative, j’ai réalisé quelques recherches sur Internet et j’ai trouvé ce concept de cabine téléphonique. J’aimais beaucoup cette idée de recyclage », ajoute Lucie Lafite. La cabine, facilement aménageable et également étanche, « permet de stocker beaucoup de livres ».

Donnée par France Telecom-Orange, la cabine a été rapatriée d’Arras pour arriver dans les ateliers des services techniques de la Ville. « Les agents ont tout enlevé et l’ont entièrement réhabilitée ». Le projet, au total, « n’aura coûté qu’une petite centaine d’euros ».

Le 18 avril, la « cabinalivres » a été officiellement inaugurée. Depuis, « les réactions sont très positives », remarque la responsable de la médiathèque. La fréquentation est au rendez-vous et le roulement des livres dans la cabine est un bon indicateur du succès de la démarche.

Régulièrement, Lucie Lafite fait un petit tour dans la cabine. « Je trie un peu les livres : ceux pour adultes en haut, ceux pour enfants en bas…Je m’assure aussi qu’il y en ai pour tous les goûts et pour tout le monde. Cela nécessite un peu de gestion, mais c’est une très belle expérience ».

Pierre-Laurent Pizy



Le chiffre :

Budget de la réalisation : - de 100 € 


Les livres sont aussi chez les commerçants de Beauvais

Dans des paniers chez les commerçants ou dans des boîtes installées dans les espaces publics (rues, arrêts de bus, parcs…) les ouvrages circulent également à Beauvais. L’initiative menée par le réseau des médiathèques du Beauvaisis a pour objectif de favoriser le partage de la lecture, l’échange et l’accès à la culture.

Ces « ruches à livres » sont accessibles en libre-service, 24h/24, sans inscription et gratuitement. La première étape du déploiement de ces « ruches » a débuté en juin 2014, avec trois d’entre-elles installées dans la ville.

Chaque ruche et chaque panier déposé chez les commerçants contient environ une dizaine de livres, majoritairement issus de dons.



A Saint-Cyr-sur-Loire, la boîte à livres réalisée en briques alimentaires

Allier le partage de la lecture et le respect de l’environnement : c’est le pari réussi de Saint-Cyr-sur-Loire. Deux vitrines destinées à accueillir des livres en libre-service ont été installées dans des parcs de la commune.

La gestion est assurée par les bénévoles de l’association « Les amis du chapiteau du livre », mais c’est la Ville qui a pris en charge l’achat des deux vitrines.

Pour la réalisation de celles-ci, Saint-Cyr-sur-Loire a fait appel à une entreprise locale qui conçoit du mobilier urbain fabriqué à partir de briques alimentaires recyclées. Une seule de ces bornes permet de recycler 27 000 briques alimentaires. Un beau geste pour l’environnement, dans une ville marquée par de nombreux écrivains : Honoré de Balzac, Anatole France, etc. 

Retour à la liste des articles