Recherche...

La bonne image du cheval utilitaire

Retour à la liste des articles

Commune de Mâcon

Saône-et-Loire, France
  • Marc Dano 
  • Directeur Général des Services
  • Saône-et-Loire, France
  • Site web : http://www.macon.fr
Économie / 11 novembre 2013 / ID Magazine #1

La bonne image du cheval utilitaire

La bonne image du cheval utilitaire

​À Mâcon dans le sud de la Bourgogne, le cheval utilitaire s’est fait sa place au soleil. Il n’est de jour où on ne le voit participer à l’arrosage des plantes, à la collecte des déchets et parfois au transport de personnes. Gros plan sur la cité mâconnaise et ses chevaux territoriaux.

« Nous nous sentons appréciés par la population, et notre rôle est aussi de laisser les gens venir vers nous quand ils veulent voir les chevaux et échanger quelques mots avec nous ». Ce contact privilégié avec la population mâconnaise ravit Dominique Poncet qui intervient régulièrement dans les rues de la ville avec ses chevaux comtois. S’il fallait une confirmation, elle ne tarde pas à venir par l’intermédiaire de Christian Douvre, responsable du service Cadre de vie au sein des Services techniques : « Nous sommes très heureux de la mise en oeuvre de cette politique du cheval en ville. Il est évident que cela a permis un meilleur relationnel avec les habitants ». Alexis Deneuve et Jérôme Charton, qui assurent avec Dominique Poncet le menage des chevaux au quotidien, livrent volontiers des exemples concrets. « Les voitures s’arrêtent pour nous laisser passer, même quand elles ont la priorité. Aux passages piétonniers, c’est la même chose et en plus, on nous salue avec un grand sourire ». À Mâcon comme dans d’autres villes où le cheval utilitaire est devenu une réalité, cette dimension relationnelle avec la population prendrait presque le pas sur les autres avantages, qu’ils soient environnementaux ou économiques. Il n’y a pourtant là rien qui soit quantifiable et qui puisse figurer dans les bilans officiels de fin d’année. 

Dans un premier temps, c’est un service de collecte des corbeilles de ville qui a été mis en place. Une seconde étape a consisté à utiliser le cheval pour l’arrosage des plantes et de plus de 900 bacs à fleurs. « Le travail de collecte est effectué toute l’année. Cela nous occupe deux jours et demi par semaine. Pour l’arrosage des plantes, de mars à octobre, cela nous prend trois jours par semaine », explique Dominique Poncet. À ces tâches régulières, il faut ajouter des activités occasionnelles. « Il y a la période des fêtes de fin d’année où nous faisons du transport de personnes. Mais nous sommes aussi sollicités toute l’année par certains services de la ville pour des transports d’enfants, en période de vacances scolaires par exemple ». Agriculteur installé avec son fils sur une ferme laitière à Saint-Bénigne dans l’Ain, Dominique Poncet gère sur ces mêmes terres une ferme équestre où il accueille des chevaux en pension et en prépare d’autres, essentiellement des traits comtois, au travail. Cela fait quinze ans qu’il participe avec ses chevaux à diverses animations dans la région. « La volonté de la ville de Mâcon de faire appel au cheval nous a permis de diversifier notre activité d’une manière qui n’est pas négligeable ».

Avec des tournées de collecte et d’arrosage quotidiennes, il a fallu s’attacher les services de deux autres meneurs, Alexis Deneuve et Jérôme Charton, qui étaient déjà largement investis dans le milieu du cheval puisque le premier tient à Pont-de-Vaux la sellerie Équitalys et que le second propose des séjours itinérants en roulotte, des randonnées avec des ânes et diverses prestations attelées.

La collecte des déchets et l’arrosage se déroulent le matin et l’après-midi. Deux secteurs de la ville sont ainsi passés au peigne fin, l’hyper centre et toute la zone d’espaces verts qui longe la Saône. « Nous avons là deux secteurs où l’accessibilité au cheval est relativement aisée puisque le centreville est largement piétonnier et que la rive de la Saône forme un long secteur aménagé en espaces verts et en équipements sportifs », explique Christian Douvre. Le responsable des Services techniques se dit très heureux de la mise en place des activités hippomobiles. « Notre image s’en trouve améliorée, mais nous sommes aussi très satisfaits de la qualité du travail effectué. L’an dernier, avec l’arrosage à l’aide du cheval, nous n’avons eu aucune plainte de la part de la population. C’est un signe qui ne trompe pas ». 

Cheval Cité comme prestataire de services

Dans la liste toujours croissante des communes et des villes qui ont fait le choix du cheval utilitaire, la cité mâconnaise n’est-elle qu’une simple réussite parmi d’autres ? Pas tout à fait. Il y a en effet un point qui interpelle et qui mérite d’être souligné dans ce cas précis : le recours à la SARL Cheval Cité comme prestataire de services. Soucieuse de mettre toutes les chances de son côté, la ville de Mâcon avait, dans un premier temps, fait appel à Équilogie, « une société d’études pour un retour du cheval en ville », afin d’évaluer la faisabilité des actions envisagées. Ces projets validés par Équilogie, il a fallu choisir entre faire appel à un prestataire de services ou travailler en régie. L’option du travail en interne a été rejetée parce que trop contraignante pour les services de la ville. La municipalité a alors choisi de travailler avec la société Cheval Cité gérée par Claude Cremet. « Nous sommes une société de prestations d’attelages en ville, en campagne et en forêt ». Basée dans le sud de la Bourgogne, Cheval Cité, SARL créée en 2009, comprend des professionnels liés d’une manière ou d’une autre à la traction animale. « Nous sommes en mesure de fournir à des villes ou à des communes une gamme complète de ce que l’on peut appeler des « entités-ressources », chevaux, meneurs, matériel, nécessaires à la mise en place d’un projet. Nous apportons aussi toutes nos compétences aux différents acteurs de terrain qui, eux, n’ont pas toujours le temps de monter des dossiers assez complexes », explique Claude Cremet. « En fait, Cheval Cité s’adresse à trois types de public : aux collectivités, pour leur fournir les moyens nécessaires à la réalisation de travaux urbains comme la collecte de déchets, l’arrosage, le transport de personnes ; aux entreprises en milieu rural, viticulteurs, agriculteurs, forestiers ; et à tous les professionnels et particuliers qui recherchent des prestations pérennes ou ponctuelles ». L’objectif de Cheval Cité est en fait de répondre aux demandes qui lui sont soumises en rassemblant parmi ses associés les moyens nécessaires aux prestations demandées. « Nous veillons à faire appel au maximum à des ressources locales dans la mise en place des projets. De plus, nous sommes très vigilants sur l’aspect économique de ces projets qui doivent être rentables par rapport à des solutions existantes ». 

Jean-Léo Dugast


Retour à la liste des articles