Recherche...

Des haies pour chauffer l’école

Retour à la liste des articles

Commune Aube

  • Jean-Michel Vercruysse
  • Maire
Environnement / 01 juin 2014 / ID Magazine #7

Des haies pour chauffer l’école

Des haies pour chauffer l’école

​Belle idée que celle développée par la commune d’Aube, en partenariat avec le Conseil général de l’Orne, le chauffage d’une partie de ses bâtiments municipaux étant assuré par les résidus d’élagage des haies. Un procédé accessible aux communes rurales qui allie à la réduction des dépenses énergétiques l’entretien de l’environnement. 

Confrontée à l’obligation de revoir l’isolation de sa salle des fêtes, Aube, commune rurale du département de l’Orne, en a profité pour maîtriser ses dépenses énergétiques, tout en favorisant l’économie locale ! Ainsi, grâce à un partenariat avec le Conseil général, la commune d’Aube peut aujourd’hui, chauffer son école, sa salle des fêtes et la Maison Associative…, à partir des résidus d’élagage des haies communales, voire départementales. Indépendance énergétique assurée ! En établissant une convention avec le Conseil général de l’Orne, Jean-Michel Vercruysse, maire de la commune, a su tirer profit de cette énergie verte présente sur son territoire et s’inscrire « dans la production d’énergie en circuit court, respectueuse de l’environnement par la réimplantation de haies et des coupes régulées (de décembre à mars) et qui démontre toute l’inventivité mise en oeuvre par les collectivités territoriales dans la recherche d’économies budgétaires », souligne le maire de la commune. Aujourd’hui, deux chaudières à bois assurent le confort d’une partie des bâtiments municipaux alimentées, certes par les haies d’Aube, mais aussi par les résidus de l’élagage départemental et là est l’intérêt de l’accord passé avec le Conseil général. En effet, depuis janvier 2014, les haies taillées par les services d’entretien départementaux sont destinées « à notre commune, le Département gérant les coupes et tout particulièrement leur fréquence, afin de ne pas détériorer l’environnement », complète Jean-Michel Vercruysse. Une telle quantité de bois de chauffage assure, à n’en pas douter, une belle autonomie sur le long terme pour la commune. C’est bien pour un budget communal épargné de ce fait des variations des coûts énergétiques liés à l’option gaz ou pétrole. Bref, « une réponse pertinente et performante de gestion des finances communales », se félicite le maire d’Aube.

Quentin Liot

Retour à la liste des articles