Recherche...

Nos territoires ont la fibre

Retour à la liste des articles

Marc Bourhis

DG de Coeur Côte Fleurie

top manager

Économie

contact

Calvados, France

Économie / 01 avril 2014 / ID Magazine #5

Nos territoires ont la fibre

Depuis 10 ans, les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) assurent l’équité de l’aménagement numérique du territoire, dans la plus grande discrétion ! 4 milliards d’euros ont pourtant été co-investis par les collectivités locales et les opérateurs pour permettre à la moitié des Français de ne pas se retrouver « relégués de l’Internet ».

Aujourd’hui se profile la France du Très Haut Débit, la France en fibre optique. Sans l’intervention des Collectivités et de l’Etat, la fracture numérique serait totale. Pour ce chantier national lancé en février 2013, d’un montant total de 20 milliards d’euros sur 10 ans, les territoires devront intervenir à hauteur d’un tiers. Selon les dernières analyses, 1€ investi dans le Très Haut Débit génère 6€ de PIB. Une piste de croissance à ne pas négliger et qui correspond aux attentes des populations.

Coeur Côte Fleurie, territoire numérique !

Coeur Côte Fleurie*, composée de 11 communes réunissant notamment Deauville, Trouville-sur- Mer et Villers-sur-Mer, a été l’une des premières collectivités à proposer le déploiement de la fibre optique sur 100 % de son territoire, résorbant ainsi les zones blanches. Entre 2010 et 2012, cette Communauté de communes a construit son propre réseau de fibre optique nommé « Coeur Fibre », le confiant au travers d’une délégation de service public pour la construction et la commercialisation, à la société Tutor Côte Fleurie. Un grand projet économique et sociétal, aujourd’hui abondé par les Conseils général du Calvados et régional de Basse-Normandie. Aujourd’hui, ce réseau constitué de plus de 33 500 prises raccordables est dans sa phase de commercialisation et d’appropriation depuis 22 mois. Ce choix politique stratégique s’avère être un pari gagnant, offrant à la population un nouveau service créateur de croissance. Lorsque 90 % de son économie sont basés sur le tourisme qui multiplie par 4 à 7 sa population 10 mois sur 12, l’excellence numérique constitue bel et bien l’une des priorités d’aménagement du territoire. Pionnière dans ce domaine, mais également présente dans un département volontariste et engagé en matière de territoire numérique, Coeur Côte Fleurie a accepté de devenir le lieu de partage, où les collectivités se retrouvent pour jouer un rôle collectivement au niveau de l’Etat depuis trois ans.


Le Très Haut Débit pour tous

Pour répondre à l’enjeu économique de diversification visant à sortir du tout tourisme, l’un des moyens que cette Communauté de communes a choisi était d’offrir le très haut débit pour tous, afin d’attirer de nouvelles entreprises, de fixer de jeunes actifs et de favoriser l’accueil d’activités dans les milieux ruraux. Or, la mise en place de ce réseau lui a fait rencontrer un certain nombre de problèmes qui l’ont incitée à trouver des solutions rapides. Ayant mis en place ce réseau avec un an d’avance par rapport à son calendrier, elle constate très vite l’inadaptation du personnel pour l’instauration du dispositif. « Nous n’avions pas prévu sa nécessaire formation qu’il nous importe de mettre en place de toute urgence pour pouvoir faire face à l’ensemble des demandes », souligne Marc Bourhis, DGS de Coeur Côte Fleurie, ajoutant, « l’autre problème majeur étant la commercialisation. 

Top Manager
Nos territoires ont la fibre

Nous avons bien compris qu’il y avait un besoin de volume et de masse pour pouvoir attirer un certain nombre d’opérateurs, pourquoi pas d’une plateforme unique des RIP ou des plateformes de réseaux d’initiative publique qui constituent un volume suffisant important pour intéresser ceux qui nous observent encore de loin ». Et s’il fallait trouver un endroit pour faire basculer le cuivre vers la fibre, il faut en trouver un évidemment qui soit prêt à le faire. Le territoire de Coeur Côte Fleurie est tout à fait présent, dans les starting-blocks. Il n’y a pas que l’urbain et le tout urbain. Il faut étudier aussi toutes les évolutions, les anticipations de notre société, en fonction de ce que seront les territoires et les modes de vie de demain, ainsi que les nouveaux métiers, les nouveaux besoins. Le RIP de la Communauté de communes Coeur Côte Fleurie a été implanté sur un territoire très atypique, à la fois rural et urbain, sans ville centre, dans sa partie urbaine, avec plusieurs populations : une population permanente, des résidents secondaires, des touristes et des entreprises, avec, par conséquent, des besoins très différents les uns des autres. Dans cette approche, particulière, la Communauté de communes a recherché à être la plus ouverte possible, ce qu’elle ne regrette pas, sachant que sa première priorité a été de bien acheter le réseau, à un prix très raisonnable, ce qui permet aux opérateurs de revendre dans de bonnes conditions. Ensuite, pour intéresser de nouveaux opérateurs, il lui fallait augmenter la masse. La démarche du Calvados qui se dirige vers 180 000 prises vient ainsi renforcer les 35 000 prises de son réseau. 

Un véritable engagement collectif, avec la Basse- Normandie et le Calvados

La Région Basse-Normandie cofinance ces réseaux départementaux et assure la cohérence régionale dans le cadre de sa relation avec l’Etat. Percevant le potentiel et les opportunités d’emploi des métiers du THD, elle participe activement au développement de Novéa, centre de ressources et de compétences sur les métiers de la fibre optique unique en France, mais dont le modèle a vocation à se déployer dans toutes les régions ! Les territoires bas-normands ont su travailler de façon collective et construire une approche qui respecte et assemble les démarches locales en recherchant un effet-levier sur l’économie et l’emploi. Coeur Côte Fleurie est la seule Communauté de communes avec laquelle la Basse-Normandie ait contractualisé depuis quelques années sur ce sujet. La Région avec ses partenariats (les collectivités, Coeur Côte Fleurie, Conseils généraux du Calvados, de la Manche et de l’Orne) a beaucoup investi sur les infrastructures et les usages depuis de longues années. Investissement ciblé sur les territoires, avec un véritable engagement collectif. Politique conduite en direction des habitants dans les plus petites communes rurales ou dans la grande capitale régionale. Partout, elle s’est efforcée de développer à travers les espaces publics numériques (130 actuellement) qui évoluent tous les jours dans leur organisation. Politique dirigée aussi vers la formation. Vers les entreprises également. 

➜ 30 millions d’euros investis par la Basse-Normandie 

➜ 20 millions de fonds européens. 

Fonds européens et contractualisation avec l’état et les territoires 

Concernant la nouvelle génération des fonds européens 2014-2020, la Région devenant directement autorité de gestion va marquer la très haute priorité qui est la sienne avec le FEDER, mais aussi avec le Fonds Social Européen sur les questions de très haut débit qui verront augmenter de 50 % la part de ces fonds européens pour continuer à aider les territoires. Elle passera à 30 millions d’euros, alors qu’elle est à 20 millions actuellement. Le partenariat avec France Très Haut Débit continue à se développer. Elle continuera également à mettre en place les stratégies nécessaires pour l’avenir, à partir de ces fonds européens, mais aussi dans une contractualisation à venir avec l’Etat et les territoires qui lui permettront de les mobiliser d’une façon importante. La Région recherche des effets leviers, une accélération de l’investissement public à travers ces priorités et l’engagement que prend l’Europe dans le programme à l’horizon 2020 de faire en sorte que 100 % de la population soit couverte en haut débit avant 2020. Elle s’y engage, sur son territoire. Quant à la commercialisation, elle doit travailler collectivement à la mise en place de plateformes de services numériques mutualisées qui permettent d’aller plus loin, pour faire en sorte que ces infrastructures qu’elle contribue à amener jusqu’aux maisons soient utilisées, que les opérateurs et tous les prestataires de services puissent y trouver une opportunité. 

Le RIP Fibre Calvados 

Le Calvados a fait le choix de se doter d’un réseau public départemental avec un volet FTTH très ambitieux. Le réseau Fibre Calvados permettra, dès fin 2015, de rendre raccordable sur le périmètre départemental plus de 75 % des logements de son périmètre (hors agglomération caennaise et Coeur Côte Fleurie). Ceci équivaudra à plus de 180 000 prises potentielles, soit à cette date une des plus grosses « plaques » FTTH en France sur un réseau d’initiative publique. 

Etat d’avancement du déploiement Fibre Calvados en février 2014 

  •  Concernant le réseau de collecte structurant qui maille l’ensemble du territoire départemental et qui a été nativement conçu pour le FTTH, le linéaire réalisé aujourd’hui est de plus de 500 km, sur les 900 km prévus d’ici 2015. 
  • Concernant les travaux de desserte, à savoir le câblage en fibre optique réalisé jusqu’en limite de propriété privée, ils sont en cours actuellement dans 72 communes au Nord du Département (de Honfleur à Bayeux). En juin 2014, plus de 80 000 logements seront ainsi potentiellement raccordables, ce chiffre sera porté à 180 000 début 2016. La couverture FTTH des 230 000 logements du périmètre sera ensuite progressivement établie. Dans l’attente, le RIP comporte un volet radio (WiFi Outdoor) complémentaire au réseau fibre. Mis en service à partir du printemps 2014, il permettra d’apporter une amélioration notable de l’accès Internet pour les logements situés en zones « blanches et grises ADSL » des communes non desservies dans la première phase FTTH. La commercialisation des abonnements Internet au grand public reste un enjeu essentiel du projet calvadosien. Sur le réseau Fibre Calvados, par définition ouvert à tous les opérateurs, Tutor met en place des modes de commercialisation pour répondre au mieux aux différents opérateurs de service : depuis des offres « activées » achetées à la ligne pour les petits opérateurs jusqu’à des offres de « plaques » par tranches de plusieurs milliers de lignes passives dans le cadre d’offres de cofinancements, telles que prévues par le cadre réglementaire. Les premiers abonnements FTTH devraient être livrés aux habitants qui le souhaitent au deuxième trimestre 2014 pour certaines poches dans le nord du Département. Les clients professionnels et acteurs économiques, entreprises, sites publics,… vont bénéficier d’une approche commerciale dédiée, tenant compte notamment d’une approche tarifaire adaptée dans une optimisation et une adaptation de la qualité de service aux différentes situations contraintes rencontrées.
Daniel Simon


Retour à la liste des articles