Recherche...

Mieux valoriser les déchets de chantier

Retour à la liste des articles

Anne-Sophie de Kerangal

Responsable du service prévention et gestion des déchets

top manager

Environnement

Environnement / 01 juin 2015 / ID Magazine #18

Mieux valoriser les déchets de chantier

Faire évoluer les mentalités des maîtres d’oeuvre et professionnels du BTP sur la problématique du recyclage, tel est l’objectif de la Région Ile-de-France, à travers le Predec, véritable coup d’accélérateur à la gestion des déchets. La démarche ouvrant la voie à de nouvelles pratiques et de nouveaux métiers a séduit le comité d’experts d’ID Efficience Territoriale qui s’est prononcé à l’unanimité pour sa qualification de Top Manager du mois… Explications.

Lors des prochaines années, les travaux qui vont être menés dans le cadre du Grand Paris vont engendrer une explosion du tonnage de déchets à gérer sur les chantiers. Pour coordonner les actions en faveur du recyclage de ces matériaux, la Région Ile-de-France approuve en ce mois de juin le Predec : plan régional de prévention et de gestion des déchets issus des chantiers du Bâtiment et travaux publics.

L’état des lieux

Les nombreux travaux menés sur le territoire de l’Ile-de-France engendrent des déchets en quantité particulièrement importante. Les chiffres sont là pour le confirmer : en 2013, les déchets du secteur du bâtiment et des travaux publics s’élevaient à 30 millions de tonnes en Ile-de-France. Un chiffre qui donne le tournis : s’ils étaient empilés sur la pelouse du Stade de France, ils culmineraient à 700 mètres de haut. Le recyclage, quant à lui, ne semble pas encore à la hauteur : seul un quart de ces déchets est aujourd’hui recyclé. La Région a donc décidé d’agir, face à cette situation « et à l’ampleur des chantiers qui vont être menés dans les prochaines années en Ile-de-France », explique Anne-Sophie de Kerangal, Responsable du service prévention et gestion des déchets au Conseil régional. 

Top Manager
Mieux valoriser les déchets de chantier Un plan piloté par le Conseil régional va permettre de mieux gérer les déchets de chantier en Ile-de-France.

D’ici à 2026, le flot annuel de déchets augmentera de 35 %, sous l’impact de la construction du réseau de transport du Nouveau Grand Paris (prolongements et créations de lignes) et des autres réalisations planifiées : 25 nouveaux quartiers urbains, plus de 70 nouvelles gares… Résultat : les experts prédisent une saturation des décharges d’ici à cinq ans. 

La Région pour coordonner l’action 

Pour mieux gérer ces déchets, la Région a initié le plan « Prévenir et gérer les déchets de chantiers » (Predec). « Il sera approuvé en juin prochain. Nous sommes dans la dernière ligne droite ». Le but de ce plan est de coordonner et d’accompagner les actions pour favoriser le recyclage de ces déchets de chantier. « Nous avons souhaité mener une large concertation avec l’ensemble des acteurs : les élus, les maîtres d’oeuvre, les professionnels du BTP, les associations, etc. », détaille Anne-Sophie de Kerangal. « L’objectif est de faire évoluer les pratiques, repérer les points de blocage, pour apporter des solutions, mais aussi fixer des objectifs quantitatifs et qualitatifs ». Le but : atteindre un taux de recyclage des déchets de 70% en 2020, contre 30% aujourd’hui. 

Limiter et mieux valoriser les déchets

Première action qui doit être développée sur l’ensemble des chantiers : la limitation des déchets « à la source », en travaillant sur une réflexion la plus aboutie possible concernant la phase de démolition ou de reconstruction. « Il faut regarder l’ensemble du cycle du produit, en privilégiant une logique d’économie circulaire territoriale », note Anne-Sophie de Kerangal. Il faut, par exemple, agir sur les matériaux à déblayer, en évitant, si possible, de les envoyer directement en site de stockage. En effet, certains matériaux peuvent être utilisés par d’autres professionnels, sur d’autres chantiers à proximité. « Dans ce cadre, le plan prévoit, notamment, de développer les démarches de mise en relation des chantiers ». Pour mieux valoriser ces déchets, il est également nécessaire de multiplier les plateformes et sites dédiés à cette activité de valorisation. Ainsi, une soixantaine de centres de tri et valorisation des déchets (déchèteries publiques et privées, services de collecte au chantier) devraient voir le jour d’ici à 2026. Avec une plus juste répartition sur le territoire francilien. « Il faut que les professionnels puissent trouver une solution dans un rayon de 15 à 20 km de leur chantier ». 

Faire évoluer les pratiques

Au-delà des considérations techniques, la Région souhaite faire évoluer les mentalités et les pratiques des maîtres d’oeuvre et professionnels du BTP, dans le domaine du recyclage. Si Anne-Sophie de Kerangal remarque « une prise de conscience de ces professionnels dans le domaine », ce Plan Predec permettra « de donner un coup d’accélérateur à la démarche ». Ces nouvelles pratiques ouvrent également la voie à de nouveaux métiers. Ainsi, depuis 2011, l’obligation de réaliser un diagnostic, avant la destruction de tout bâtiment de plus de 1 000 m², a vu l’émergence d’une nouvelle profession : auditeur. « Le plan contient donc un volet « formation », notamment pour ces nouveaux métiers. Ce Predec comporte donc une approche environnementale, mais aussi économique. Il concerne également l’aménagement du territoire », conclut Anne-Sophie de Kerangal.

Pierre-Laurent Pizy

Retour à la liste des articles

Voir les articles de ce magazine