Recherche...

Une rentrée scolaire qui fait K-d’école

Retour à la liste des articles

Vanessa Forestier

Responsable de la Cellule Supports Numériques Chef de projet ENT Direction des Collèges et de l'Education

top manager

Social

Social / 01 septembre 2014 / ID Magazine #9

Une rentrée scolaire qui fait K-d’école

​Les collèges de Seine-Maritime sont équipés depuis la rentrée de septembre d’un ENT de 3e génération. Renforçant son ancrage auprès des institutions académiques du territoire normand par le déploiement de sa solution numérique K-d’école, au sein de l’ensemble des collèges de Seine-Maritime, la société Kosmos confirme sa position de spécialiste du numérique pour l’éducation. Une fois sa solution développée en Seine-Maritime, 45 % des établissements secondaires seront ainsi dotés d’un espace numérique de travail en France… 

Avec le déploiement de solutions numériques pour l’académie de Rouen, les universités de Caen et de Rouen, l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs de Caen et la comUE (Communauté d’universités et d’établissements) Normandie Université, la société Kosmos était déjà bien implantée en Normandie.

L’entreprise a notamment déployé pour la comUE un site 100 % responsive design et mobile first, qui rend la lecture adaptée à de nombreux terminaux. Elle a également développé un portail numérique pour les sites web du rectorat de Rouen.

« Arsene 76 » en trois vagues

L’équipement des collèges de Seine-Maritime avec la solution K-d’école, marque une étape supplémentaire dans le développement de cette entreprise sur le territoire normand. Le déploiement de l’ENT « Arsene 76 », qui a débuté en avril auprès de 44 établissements, s’effectuera en trois vagues successives, avant de s’achever en septembre 2016. A terme, près de 200 000 utilisateurs bénéficieront de cet espace, comprenant 50 000 élèves, leurs parents et le personnel éducatif. Le Conseil général de Seine-Maritime cherchait, pour ses collèges, une solution innovante et éprouvée, offrant à ses utilisateurs un soutien efficace au quotidien. Au terme de sa réflexion, son choix s’est porté sur Kosmos, dont l’expertise dans le numérique éducatif et la performance de la solution K-d’école étaient indéniables. Les résultats du dispositif de mesure d’audience des espaces numériques de travail, mis en place par la Caisse des Dépôts, confirment par ailleurs cette position de spécialiste du numérique éducatif.

Top Manager
Une rentrée scolaire qui fait K-d’école

Cet instrument de mesure statistique, qui permet de suivre la progression de l’utilisation des ENT dans les établissements d’enseignement secondaire, fait ainsi apparaître une fréquentation étendue et supérieure à la moyenne nationale des projets K-d’école, tant par le nombre important de connexions par visiteur – avec notamment un intérêt accru des parents d’élèves – que par la forte extension du nombre de visiteurs. L’arrivée du très haut débit viendra renforcer, à terme, l’utilisation optimale de la solution K-d’école, offrant ainsi à la communauté éducative l’accès à un espace numérique de pointe. Le corps professoral pourra s’appuyer sur des technologies de dernière génération pour mettre en pratique de nouvelles méthodes d’enseignement et faire de la classe un lieu d’échange et de partage, dans lequel la pédagogie est inversée et l’apprentissage collaboratif.

Un équipement accessible partout 

L’ENT est accessible depuis n’importe quel poste informatique, PC ou autre, tablette ou smartphone, dès l’instant qu’il y a une connexion internet. Tous les collèges y sont raccordés. A cet égard, le Département de Seine-Maritime développe une politique d’équipement forte des collèges en ordinateurs. Tous les élèves et les parents peuvent se connecter, chez eux, à partir du moment où ils ont une bonne connexion, pour accéder aux devoirs en ligne, par exemple. Un élève malade qui manque la classe le lundi et le mardi et qui reprend ses cours le mercredi peut se connecter chez lui, dès le lundi soir, pour savoir quels sont les cours et quels sont les devoirs qui ont été donnés en classe et éventuellement aussi accéder à tout ce que les enseignants auront déposé dans l’espace partagé en termes de cours. Des cours en ligne, également, seront possibles : par exemple, un collégien qui veut s’entraîner en anglais, sur la lecture d’une phrase, pourra la poster sur l’ENT, pour la faire écouter par son professeur. L’aspect pédagogique n’a donc pas été négligé et le Département de Seine-Maritime travaille en partenariat avec le rectorat de l’académie de Rouen. « Pour autant, aujourd’hui, nous sommes sur l’ouverture de l’ENT dans 44 départements et donc tous les usages ne sont pas encore finalisés. Ils se développeront à partir de cette année scolaire et au fur et à mesure de l’année en cours ». 

K-d’école, une solution très satisfaisante 

K-d’école rentre dans la politique de développement des outils numériques réalisée depuis quelques années par le Conseil général de Seine-Maritime. « Il y a une volonté ici de développer l’usage autour du numérique, ainsi que le principe d’égalité des chances des élèves, afin qu’ils puissent tous avoir un accès des pratiques autour du numérique au niveau du collège, avant leur rentrée au lycée. En termes de coût, l’autorisation de programme voté par le Conseil général s’élève à 1 370 000 euros, pour le déploiement de l’ENT sur l’ensemble des collèges seinomarins, soit 110 établissements publics. Aujourd’hui, nous déployons la première vague sur la base du volontariat. Alors que l’appel à candidatures a été lancé en décembre 2013, nous avons demandé aux collèges de se positionner sur une année de déploiement, en l’occurrence, soit en septembre 2014, soit en septembre 2015, soit en septembre 2016. Nous avions déjà 21 établissements qui avaient expérimenté la précédente solution. Ces 21 se sont repositionnés pour 2014, avec 23 nouveaux collèges, pour démarrer l’ENT, dès la rentrée 2014. Nous sommes donc à 44 établissements et les 66 autres se sont partiellement positionnés pour 2015 et 2016. Quelques-uns ne se sont pas encore prononcés, car l’informatique ne leur parle pas ou parce que l’appel à candidatures est passé à l’as. Mais en tout cas, nous reprendrons contact avec eux pour la rentrée 2015. Il s’agit donc d’un développement progressif sur la base du volontariat sur 3 années. Parce que les collèges doivent être moteurs et motivés. La solution K-d’école fonctionne bien et est très satisfaisante. Les formations se sont relativement bien déroulées, puisque Kosmos a formé des équipes d’administrateurs dans chacun des 44 collèges qui intègrent le dispositif à la rentrée. Toutes ces personnes ont été formées en mai juin pour être opérationnelles, dès septembre. Tout un dispositif a été mis en place pour les formations. Pour sa part, une équipe de deux personnes du Conseil général s’est attachée à répondre aux questions des collèges, pour que l’appropriation de l’outil se fasse dans les meilleures conditions. Le rectorat, de son côté, a lui aussi accompagné les collèges. Pour la deuxième vague, nous opérerons de la même façon en début d’année civile avec les nouveaux collèges qui se lanceront dans l’opération ». 

Daniel Simon

Retour à la liste des articles