Recherche...

Les collectivités se mobilisent

Retour à la liste des articles
Technologie / 05 avril 2016 / ID Magazine #25

Les collectivités se mobilisent

​La Seine-et-Marne a engagé un vaste déploiement de la fibre optique. A travers la mise en place d’une nouvelle DSP FTTH (fibre à l’abonné résidentiel), les collectivités se sont mobilisées pour assurer la couverture de l’ensemble du territoire dans les prochaines années.

Les collectivités se mobilisent

​La fibre, outil de développement économique

« Le déploiement de la fibre optique est une nouvelle infrastructure essentielle, au même niveau que l’eau ou l’électricité ». Dominique Leroy, Directeur général des services au sein du Syndicat mixte Seine-et-Marne numérique1, fait du développement de la fibre optique une priorité pour le territoire. « Nous avons atteint les limites de l’ADSL et nous devons passer à l’étape supérieure ».

Une nécessité à double-titre :

∙ Pour les particuliers tout d’abord, qui, avec la simultanéité des usages (tablettes, Internet, TV, téléphones), ont besoin d’une puissance que l’ADSL ne fournit pas toujours, notamment pour les foyers les plus éloignés des centraux téléphoniques.

∙ Pour les entreprises, « la fibre optique devient un enjeu économique fort », constate Dominique Leroy. Pour préserver les activités économiques présentes sur le territoire ou en attirer de nouvelles, l’accès à la fibre optique représente un atout de taille. « Pour l’ensemble des entreprises, le numérique devient un outil indispensable pour se développer ».

Un territoire diversifié à couvrir

Pour répondre à cette demande de plus en plus prégnante des professionnels et des particuliers, une partie des collectivités locales de Seine-et-Marne ont décidé de se mobiliser et de se regrouper au sein du Syndicat mixte Seine-et-Marne Numérique. Cette structure a pour but de « participer à la réduction de la fracture numérique, tant pour les particuliers que pour les professionnels et services publics, via le déploiement de différentes technologies : hertziennes (Wi-Max), satellitaires, montée en débit et fibre optique ».

Concernant la fibre optique, « le but est de la déployer dans les secteurs où les acteurs privés ne vont pas, car la rentabilité n’est pas suffisante ». En résumé, si les opérateurs privés sont prêts à investir dans les territoires fortement urbanisés, ils ne le font pas dans des secteurs où l’habitat est davantage dispersé. Or, le département est composé d’une forte proportion de zones rurales « La collectivité se saisit alors du sujet et s’attache à combler cette fracture numérique ».

Le déploiement de l’infrastructure

Pour mener à bien cette mission, la Seine-et-Marne a mis en place une délégation de service public (DSP), confiée après appel d’offres à l’opérateur d’infrastructures Covage. « Nous accompagnons les collectivités dans leurs projets, nous investissons à leurs côtés et nous concevons, construisons et commercialisons le réseau », résume Sidney Hue, directeur général Seine-et-Marne THD, filiale de Covage en charge de Sem@fibre77, le réseau départemental FTTH. « Nous mettons ensuite ce réseau à la disposition des opérateurs de service ». Ces réseaux sont accessibles « de manière neutre et non discriminatoires à l’ensemble des fournisseurs de services qui souhaitent offrir des services à leurs clients », précise Dominique Leroy.

Débuté en mars de l’année dernière, le déploiement va se poursuivre selon un calendrier défini sur plusieurs années, en collaboration avec chaque intercommunalité. Covage, à travers le réseau Sem@fibre77, a ainsi pour objectif de desservir 50% des Seine-et-Marnais en fibre optique d’ici 2019 et 99% en 2029, selon les objectifs du SDTAN (Schéma Directeur Territorial d’Aménagement Numérique).

Les chiffres :

Le budget :

Montant global de l’investissement : 358 millions d’euros :

∙ La participation publique (Etat, Région, Département, EPCI) s’élève à 160 millions d’euros

∙ Covage investit pour sa part plus de 200 millions d’euros

Les abonnés :

270 000 abonnés concernés (répartis sur 414 communes), en croissance de près de 1% par an, soit un volume final de prises de 320 000.

Le déploiement (prises raccordables) :

∙ 2015 : 15 000

∙ 2016 : 49 000

∙ 2017 : 89 000

Objectifs finaux (Seine-et-Marnais desservis):

∙ 2019 : 50 %

∙ 2024 : 75 %

∙ 2029 : 99%

Pierre Laurent Pizy 


Retour à la liste des articles